Lasik : avantages & inconvénients

par | 23 décembre 2023

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Lasik

Le Lasik présente de nombreux avantages, quelques limites, et les complications de cette chirurgie sont rarissimes. Certaines études épidémiologiques mettent en avant un pourcentage de satisfaction post-opératoire très élevé, de l’ordre de 95%. Par ailleurs, tous défauts de vision confondus, on estime que près de 98% des patients traités se passent ensuite définitivement du port de verres correcteurs.

 

Lasik : les points forts

 

Le Lasik est une méthode de chirurgie réfractive qui se base sur la photoablation de la cornée au laser, pour en modifier la courbure et donc le pouvoir réfractif de l’œil. Cette technique permet la prise en charge de tous les troubles de la réfraction, et ce sur une gamme de puissance large : myopie (1 à 10 dioptries), hypermétropie (1 à 6D), astigmatisme (1 à 6D), associé ou non à un autre défaut visuel (myopie, hypermétropie ou presbytie), et presbytie (1 à 3D) en bascule (monovision) ou multifocalité.

A cette gamme de traitement extrêmement vaste viennent s’ajouter d’autres avantages. L’absence de douleurs post-opératoires en fait partie : le patient ressent tout au plus quelques picotements pendant quelques heures après l’intervention. Le Lasik est aussi connu pour permettre une récupération très rapide, en quelques heures voire le lendemain, jour où la plupart des patients peuvent retourner travailler et conduire à nouveau. Le traitement de la presbytie ou de l’hypermétropie peuvent cependant faire exception à cette règle, notamment pour la vision lointaine.

Enfin, même si les défauts de correction sont rares (moins de 3% des patients opérés), il est si nécessaire très simple de procéder à une intervention secondaire de retouche au Lasik.

 

Quels sont les inconvénients de cette intervention ?

 

Sans parler d’inconvénients proprement dits, le Lasik présente certaines limites, au même titre que la plupart des méthodes de chirurgie réfractive. En premier lieu, la découpe du volet cornéen en début d’intervention induit une fragilisation légère mais définitive de l’œil. Elle est acceptable chez la plupart des patients mais force néanmoins à écarter du protocole ceux qui exercent des activités professionnelles ou sportives qui induisent un risque significatif de choc oculaire. De même, les sujets atteints de sécheresse oculaire trop marquée ne doivent pas être traités au Lasik qui risquerait, plus que toute autre méthode laser, d’aggraver la situation, le plus souvent de manière temporaire. L’explication tient en la découpe du volet stromal au cours de laquelle certains nerfs impliqués dans la sécrétion du film lacrymal peuvent être lésés. C’est aussi l’existence de ce capot cornéen dans le protocole Lasik qui fait que les patients ayant une cornée d’épaisseur inférieure à 500 micromètres ne peuvent pas être pris en charge par cette méthode.

Par ailleurs, comme toutes les chirurgies réfractives laser, le Lasik expose au risque de halos perçus en conditions de faible luminosité, comme la couronne qui entoure les points lumineux dans le brouillard, la plupart du temps de façon momentanée. Outre les désagréments possibles évoqués plus haut, les risques de complications graves du Lasik sont faibles. A titre d’exemple, les infections post-opératoires ne se produisent que dans moins de 1% des cas (U.S. National Library of Medicine).

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Pas encore de note, notez en premier !

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actualités du Dr Rambaud